Pour certains, vendre est naturel. Un jeu d’enfants. D’ailleurs, les jeunes accumulent une panoplie d’expériences de vente très tôt dans leur vie. Comptoir de limonade, ventes de garage, barres de chocolat pour l’équipe de hockey, etc.

Ce n’est pas sans raison, si on est rapidement mis en contact avec cet exercice. Sans vente, les entreprises et les projets XYZ n’ont aucune chance de survie ou même de voir le jour.

Avec le temps, l’aspect ludique de la vente s’atténue. 

Même si les techniques de vente sont raffinées au cours des années, il y a des choses qui ne changent pas pour réussir à convaincre l’autre. Souvent, ce sont des caractéristiques qui disparaissent avec le temps : la spontanéité, l’authenticité et une bonne dose d’audace. Des particularités plus répandues chez les moins de 12 ans! Avec le temps, l’aspect ludique de la vente s’atténue. Le plaisir cède sa place à la raison, et parfois même, à un peu de snobisme.

Ceux pour qui l’exercice relève du supplice, vous diront, mais quel plaisir?

Vendre, ce peut être le plaisir d’entrer en contact avec l’autre, de vouloir l’aider, d’argumenter, de parler d’un service ou d’un produit que l’on aime. Et bien sûr, le plaisir de convaincre!

Peu importe votre emploi, vous devrez vendre quelque chose au cours de votre vie professionnelle. Si ce n’est un produit ou un service, ce sera vos compétences, votre expérience, vos idées, votre vision.

Pour vendre (et convaincre!) sans douleur, redécouvrez le jeu. Cela exige de l’effort et de l’authenticité. Mais surtout, vous devrez être convaincu que votre limonade est vraiment la meilleure du quartier.

 

Quel plaisir avez-vous à vendre?