L’innovation est un enjeu important et un concept à la mode en ce moment. Avec les marques et le capital humain, l’innovation est l’une des meilleures façons pour une entreprise de se démarquer. Or, l’innovation n’a pas à provenir des centres de recherche ou encore de laboratoires industriels sophistiqués – elle ne doit pas nécessairement révolutionner le monde. En fait, elle peut venir de sources très simples et faciles à exploiter.

L’innovation est l’une des meilleures façons pour une entreprise de se démarquer.

J’ai récemment eu le plaisir de rencontrer Nancy Simoneau, présidente du Groupe Simoneau, un fabricant de bouilloires industrielles. Un secteur d’affaires plutôt conventionnel. Pendant longtemps, cette entreprise a mené son petit bonhomme de chemin, sans croissance réelle. Lorsque les deux sœurs Simoneau ont pris les rênes de l’entreprise, elles ont opté pour la voie de l’innovation. Non pas en fabriquant des bouilloires en composées de carbones high-tech ou en robotisant leur usine, elles ont simplement mis en place une culture fondée sur leurs clients. Du jour au lendemain, elles ont porté une attention particulière aux commentaires et suggestions de leurs clients. Ils ont ainsi amélioré certains aspects de leurs produits et services pour répondre plus adéquatement aux besoins. Une révolution dans un secteur que l’on n’associe pas spontanément à l’innovation.

L’innovation, c’est un peu comme un feu. Pour innover, la meilleure pratique consiste à générer des étincelles qui proviendront de… frictions ! Au Québec, terre du consensus, cette recommandation est un peu une hérésie. Toutefois, les entreprises qui innovent le plus sont celles ou l’on constitue des équipes d’innovation qui regroupent des gens aussi différents que possible : des clients, des fournisseurs, des consultants, des employés, bien sûr, qui sont d’origines ethniques, d’âges, d’expérience, de sexes, de métiers différents. Des groupes pas toujours facile à gérer, mais des frictions à souhait qui, une fois canalisées, génèrent énormément d’idées et, de là, d’innovation.

Pour instaurer une culture d’innovation dans une entreprise, quelques bonnes pratiques reviennent souvent. Par exemple, Louis Garneau compte sur une salle de réunion créative, colorée, remplie d’œuvres d’art éclectiques. Vous pouvez aussi organiser des « rendez-vous d’innovation » à l’extérieur des murs de l’entreprise, loin du quotidien pratico-pratique des affaires, dans une galerie d’art contemporain ou un lieu de création. Une autre bonne pratique consiste à laisser du temps libre aux employés – à titre d’exemple, 3M et Google octroient une demi-journée par semaine de temps libre – pour qu’ils réfléchissent, créent, innovent. Par la suite, ces idées sont enregistrées dans un fichier central, consultable par tous – même le public ! – et où les employés sont invités à commenter les idées, les projets, les innovations en devenir.

Bref, l’innovation n’est pas un processus qui a besoin, au départ, d’être très formel ni très complexe… une simple boîte à suggestion peut suffire pour partir la vague!

Ajouter à mon classeur