Bien effectuée, la collaboration entre deux entreprises peut être très bénéfique. Par contre, pour tirer profit d’une alliance il est important de considérer certains aspects importants. Jean-François Ouellet, professeur à HEC Montréal et animateur de l’émission Génération INC., nous partage les 5 règles d’or de la collaboration entre entreprises.

1. S’assurer d’être complémentaire
Il est important, pour qu’une collaboration soit efficace, de trouver le vrai bon partenaire. La table de conférence doit parfois être troquée pour celle d’un restaurant, d’un café ou d’un 5 à 7. « C’est fondamental qu’il y ait cohésion entre les deux entreprises, il faut se rencontrer dans des évènements sociaux et se connaître. Pour que ça fonctionne, ça ne doit pas seulement être bon sur papier, il doit y avoir des raisons sociales», explique M. Ouellet.

2. S’entendre sur un objectif commun
Une fois que l’on s’est assuré d’avoir le bon partenaire d’affaires, il est primordial de fixer l’objectif d’affaires commun aux deux parties. Peut-être que chacun de votre côté vous aurez des objectifs propres à votre entreprise, mais le point de ralliement doit être le même si vous voulez bénéficier de cette collaboration.

3. Établir les conditions générales
Aucune question ne doit rester en suspens : quelles sont les responsabilités de chacun? Quelle est la visibilité de chaque entreprise? Quelles sont les obligations de chacun? Bref, il est important que tous les points soient clairs pour les deux parties.

Pour que les gens soient engagés, la confiance mutuelle doit toujours être présente.

4. S’assurer de la parité
Une collaboration entre entreprises doit absolument permettre aux deux membres d’être gagnants. « Si ce n’est pas «win/win» pour les deux parties, la collaboration ne fonctionnera pas. Pour que les gens soient engagés, la confiance mutuelle doit toujours être présente », mentionne Jean-François Ouellet. Il ajoute également qu’il ne faut pas hésiter à revisiter l’attente si on sent que le partenariat n’est pas équilibré.

5. Bien choisir le responsable de la communication
Toute bonne relation passe par le contact humain, c’est pourquoi le choix de la personne qui sera le lien de communication avec l’autre ne doit pas être laissé au hasard. « Cette personne doit avoir l’appui des hauts dirigeants et également le pouvoir de prendre des décisions, ce n’est pas seulement un porte-parole», conseille M. Ouellet. Cette personne devra s’investir équitablement dans les deux entreprises.