Construire sa marque est un défi qui peut prendre du temps, mais c’est l’une des clés de la réussite en affaires. Pour maintenir leur marque, beaucoup d’entreprises investissent temps et argent à la construction d’une relation émotive avec leur clientèle. Jean-François Ouellet, professeur à HEC Montréal et animateur de l’émission Génération INC, partage les avantages d’une telle relation pour les entrepreneurs et leurs clients.

Construire une marque forte
Pour Jean-François Ouellet, une marque forte c’est d’abord un logo ou un nom qui ont une forte connotation auprès des clients. En voyant ou en entendant parler de la marque, le client doit immédiatement comprendre ce qu’elle représente. Cela doit lui permettre d’associer l’entreprise à des valeurs simples et fortes, mais surtout différentes des autres entreprises. Ainsi, la marque peut se positionner par rapport à ses compétiteurs dans l’esprit des consommateurs. Un bon exemple est l’entreprise Crudessence. À défaut d’être connue de tous, les clients connaissent parfaitement les valeurs et le positionnement de la marque.

Établir un lien de confiance
Au delà de ça, certaines marques que l’on appelle marques cultes « ne travaillent plus pour elles-mêmes, mais pour le consommateur ». Tout est misé sur l’édification d’une relation de confiance. L’enjeu dépasse donc la vente du produit et devient celui de ne jamais décevoir les consommateurs pour enfin s’installer dans leur vie.

Tout se fait par le bouche-à-oreille et des relations publiques.

Entretenir une relation émotive «  a très peu à voir avec le marketing » comme beaucoup de gens le pensent. C’est maintenir la promesse de la marque et cela dépend plutôt de la qualité du service à la clientèle. Il faut penser à long terme et laisser savoir aux clients qu’ils peuvent se fier à votre marque.  Tout se fait par le bouche-à-oreille et des relations publiques. Le marketing permet simplement de garder la marque dans la tête des gens. De plus en plus, les entreprises utilisent les médias sociaux, une approche moins chère et surtout plus efficace étant donné que « les jeunes décrochent de la pub traditionnelle ».

Créer de la valeur ajoutée
Jean-François Ouellet explique qu’une marque est « le principal capital intangible d’une entreprise. » C’est la différence entre la valeur comptable et la valeur que l’acheteur est prêt à payer. Cette différence peut être très importante dans les industries autres que celle des commodités (dont les deux valeurs sont souvent très proches). Plus une marque est pertinente, plus l’entreprise vaut cher.

Une marque forte peut également servir de base pour développer de nouveaux produits. Une entreprise connue pour la vente d’une grande variété de grains de café peut, par exemple, espérer lancer une ligne de thé. Les clients sont en général très attachés aux marques qu’ils consomment. C’est pour eux un repère facile et important. En faisant des achats, personnes ne peut se permettre d’étudier les détails de chaque produit. Une marque devient alors un gage de confiance.