Connaissez-vous le Golden Banana Award? Cette prestigieuse récompense, remise par Hewlett-Packard (HP), est accordée à un employé qui aura réussi, au cours de la dernière année, à trouver une solution à un problème donné au sein de l’organisation.  Drôle de récompense, me direz-vous…  Lisez l’histoire qui suit, et vous comprendrez tout. 

Par une matinée tranquille au siège social californien de l’entreprise, un employé fait abruptement irruption dans le bureau de son patron, débordant d’enthousiasme et gesticulant dans tous les sens!  Il venait enfin de trouver LA solution à un problème technique sur lequel toute la division se butait depuis plusieurs semaines.  À la fois heureux et surtout surpris de voir cet employé lui offrir la solution tant attendue, le gestionnaire, qui n’avait certes pas prévu le coup, ne trouva rien de mieux à offrir à son employé qu’une banane qu’il tira de son sac à dîner, bien rangé dans le tiroir de son bureau.  « Bravo et toutes mes félicitations! » Tels furent les seuls mots que le gestionnaire, encore sous le choc, trouva à prononcer, en tendant le fruit vers son employé.

Geste spontané, geste déplacé?  Que non!  En fait, l’employé ainsi récompensé fut tellement surpris qu’il accepta, paraît-il, avec un large sourire sa « précieuse » récompense et s’en retourna à ses affaires, tout heureux de cette marque de reconnaissance inattendue.  Depuis ce temps, le Golden Banana Award est devenu chez HP une distinction annuelle fort prisée parmi les employés du géant américain.  La morale de cette histoire? La reconnaissance au travail, ça peut être tout simple et, surtout, ça n’a pas besoin de coûter cher à l’organisation.  

« Un employé sur deux manque de reconnaissance de la part de son patron », nous apprenait l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés lors de la Semaine des ressources humaines.  Ça vous concerne?  Si vous êtes un patron, il y a de quoi s’interroger et se remettre en question. « Est-ce que je reconnais l’effort de mes employés adéquatement? Quels moyens puis-je employer pour saluer leur contribution? »  Autant de questions auxquelles nous croyons avoir des réponses sûres et immédiates. Comme nous l’apprennent Sylvie St-Onge, professeure titulaire à HEC Montréal, et ses collègues : « À les entendre, la plupart des cadres semblent pratiquer l’art de la reconnaissance.  En pratique, on constate vite qu’ils recourent bien davantage au contrôle et aux punitions. »

Pourtant, l’arsenal des moyens de reconnaissance est étonnamment fourni, diversifié et relativement simple d’emploi. Car au-delà des moyens « classiques » que sont les gratifications d’ordre monétaire (bonus, augmentation de salaire), d’autres procédés tout simples comme le fait de reconnaître verbalement un bon coup d’un employé ou de féliciter ce dernier devant ses pairs peuvent générer d’aussi bons résultats, en termes de satisfaction et d’engagement des employés.  

Encore faut-il, en tant que gestionnaire, s’arrêter quelques instants et prendre le temps de réfléchir sur ce qu’est réellement la reconnaissance au travail et, de comprendre, dans la perspective des gens sous notre gouverne, ce en quoi consiste un travail reconnu à sa juste valeur.

 

L’article de Sylvie St-Onge, Victor Y. Haines III, Isabelle Aubin, Claudia Rousseau et Geneviève Lagassé, intitulé « Pour une meilleure reconnaissance des contributions au travail » et publié dans la revue Gestion (volume 30, numéro 2), est un excellent point de départ sur la question.  Gestion a également publié en 2012 un cahier spécial sur le sujet, intitulé « La reconnaissance ».

Participez au nouveau séminaire : La Reconnaissance au travail : véritable levier de mobilisation et de santé dans votre organisation.  Pour obtenir plus d’information, consultez notre page web