Les Y. Toutes sortes d’histoires et de mythes ont circulé à leur sujet : ils n’aimeraient pas l’autorité, s’absenteraient sans raison, fuiraient les responsabilité, etc. Pourtant, depuis leur arrivée sur le marché du travail plusieurs de ces préjugés tombent. Surtout au sein des entreprises qui ont su s’adapter à leur arrivée.

Yvan Dubuc, auteur du livre « Donnez les rênes aux Y » s’est intéressé aux entreprises qui ont su séduire (et retenir!) les Y. Parc Safari, Mirego, Ski Mont Saint-Bruno, Groupe Germain, entre autres.

« Les Y ont des valeurs fortes qui tournent autour de l’amitié, de la famille et de la réalisation de soi, mentionne M. Yvan Dubuc. Cette génération, davantage que les précédentes, tient à vivre sa vie privée et professionnelle en harmonie avec ses valeurs», ajoute-t-il.

Oser faire confiance aux jeunes, oser revoir et réinventer leur style de gestion.

D’où l’importance pour les entreprises d’en tenir compte et de s’adapter. D’oser, même. Oser faire confiance aux jeunes, oser revoir et réinventer leur style de gestion. « Plus les jeunes vont prendre d’assaut le marché du travail, plus les entreprises devront s’adapter. Il faut débureaucratiser, éviter la sur-règlementation, les descriptions de tâches trop fragmentées, etc. », résume M. Dubuc.

Exit le conservatisme. C’est le temps d’une petite révolution dans le monde du travail.

Le Parc Safari est un exemple d’une entreprise qui a revu et adapté ses façons de faire pour répondre aux jeunes de la génération Y, selon M. Dubuc qui a observé et analysé leurs méthodes de gestion. Les résultats sont spectaculaires.

Le célèbre zoo embauche chaque année des centaines de jeunes. On estime que 90 % de ses 350 employés proviennent de la génération Y. Les dirigeants – Jean-Pierre Ranger en tête – ont même poussé l’audace en embauchant une directrice des ressources humaines âgée de 23 ans! Une stratégie qui a donné de formidables résultats. La jeune directrice, Geneviève Brault, a organisé le recrutement et l’environnement de travail en fonction des valeurs et des attentes des jeunes.

Le Parc Safari a donc mis en place un ensemble de stratégies qui visent, entre autres, à stimuler l’initiative et à mettre à profit leur plaisir d’échanger entre eux, de s’entraider.  Voici quelques exemples (tirés du livre « Donnez les rênes aux Y ») :

1. Recrutement : Les jeunes employés participent au recrutement des futurs candidats en partageant leur expérience de travail dans leurs écoles, leurs réseaux, auprès de leurs amis, etc. Ensuite, à l’aide d’un entrefilet dans le journal, les candidats sont conviés à une clinique de recrutement. À cette occasion, entre 350 et 450 candidats se présentent à l’entrevue d’embauche. La sélection est faite par les jeunes employés qui évaluent chaque candidat à l’aide d’une grille d’évaluation développée par un professionnel.

2. Intégration au travail : Chaque nouvel employé est jumelé avec un autre de son âge. Ce dernier transmet les façons de faire et les valeurs de l’entreprise aux nouveaux.

3. Gestion du rendement : L’évaluation se fait par les pairs et les employés évaluent leur gestionnaire immédiat.

4. Formation et gestion de carrière : Les jeunes qui démontrent du potentiel et de l’intérêt peuvent suivre des formations qui leur permettent d’accéder à un poste supérieur, ce qui les encouragent à revenir saison après saison.

5. Sens de l’initiative : Les employés ont la possibilité de proposer des solutions aux clients qui ont des problèmes. La responsabilisation est fortement encouragée.

En misant sur l’aspect communautaire et social, le Parc Safari a réussi à créer un environnement où les jeunes se sentent stimulés et valorisés. Un lieu où ils ont du plaisir! Les résultats obtenus sont évocateurs. Voici quelques chiffres :

- le taux d’absentéisme est presque nul (0,05%)
- 95 % des employés sont très satisfaits
- 70 % des employés reviennent saison après saison
- 95 % des clients sont très satisfaits

Les entreprises qui veulent avoir les meilleurs candidats doivent rivaliser de créativité car ces jeunes communiquent à la vitesse d’un Twit et les entreprises ennuyeuses sont rapidement pointés du doigt dans les réseaux sociaux.