En se promenant dans son entreprise, Alain Desmeules ne pouvait s’empêcher de remarquer le désordre qui régnait et surtout les pertes de temps que cela engendrait. Pour lui, naturellement ordonné, c’était insupportable. Il a donc pris les grands moyens. Il s’est inspiré d’une stratégie maintes fois testée : les 5 S de Toyota.

Cette méthode de management qui vise à l’amélioration des tâches est traduite en français par l’acronyme ORDRE, soit Ordonner, Ranger, Dépoussiérer, Rendre évident et Être rigoureux.

« J’aime sentir que tout est bien organisé, et j’étais certain qu’un environnement de travail ordonné aurait un impact positif sur la fierté de mes employés, et donc, sur leur productivité», explique Alain Desmeules, président-fondateur de Pretech, une entreprise spécialisée dans la construction de fondations.

Il a donc commencé par refaire l’image externe de son entreprise. « Nous avons d’abord changé notre logo, acheté des camions neufs et des uniformes à l’image de l’entreprise. Ensuite, je me suis attaqué à l’organisation de notre milieu de travail pour y mettre de l’ordre ».

Il a profité de l’hiver, une période plus creuse dans l’industrie de la construction, pour faire le ménage du printemps! « Quand tu te mets à faire une intégration 5 S, tu te débarrasses de l’inutile, tu éclaircis les lieux, tu frottes, tu rends les objets facilement accessibles à tous, etc. On a même mis de l’époxy sur les planchers. On pourrait manger par terre, tellement c’est propre », ajoute-t-il.

Chaque objet est rangé et les lieux sont parfaitement propres.

Les résultats de la stratégie 5S sont visibles dès qu’on entre dans l’atelier. Chaque objet est rangé et les lieux sont parfaitement propres. « Nous avons rencontré chaque employé et leur avons demandé de nous indiquer tous les outils dont ils avaient besoin pour faire leur travail. Nous les avons achetés et attachés à une chaîne qui est vissée au mur ». Impossible d’égarer ses outils et chaque objet est ainsi soigneusement rangé au bon endroit.

« Le gaspillage dans une entreprise, ça se mesure aussi par le temps perdu par un employé qui cherche un outil et qui dérange 3 ou 4 collègues pour le retrouver », mentionne-t-il à titre d’exemple.

Depuis que la stratégie des 5 S est appliquée, ces pertes de temps sont terminées. Ou presque. Même si les employés ont rapidement adopté cette nouvelle façon de faire, il faut tout de même assurer un suivi de façon périodique pour éviter que les vieilles habitudes ne reviennent à la surface.

Même si intégrer ce changement exige beaucoup d’effort et de temps, Alain Desmeules est heureux d’avoir pris ce virage car pour lui la productivité se mesure aussi au degré de satisfaction et de fierté de ses employés. « J’étais convaincu que cette stratégie aurait des effets positifs, partage l’entrepreneur. Je ne le regrette pas, au contraire, parce qu’on est toujours gagnant lorsqu’on a des employés fiers et engagés», conclut-il.