Depuis quelques années, les mots coach, conseiller, mentor, sont de plus en plus fréquents dans le monde des affaires. Signe des temps? Fort probablement que la compétition croissante dans le monde des affaires, la multiplication des connaissances et de fréquentes remises en questions personnelles et professionnelles nous poussent vers ce besoin de profiter d’un regard extérieur.

Peu importe sa position dans l’entreprise – du président à la réceptionniste – tous peuvent apprendre d’un autre. Les raisons peuvent être nombreuses. Objectifs non atteints, sentiment de plafonnement, période de doute, relève à préparer, employés à stimuler, etc. Le mentorat est un moyen simple et peu couteux pour aider les entrepreneurs – ou autres – à traverser des périodes plus difficiles ou pour s’éviter des erreurs lors du lancement d’une entreprise ou durant de grandes périodes de changements.

Kim Auclair s’intéresse depuis des années au mentorat. Cette jeune entrepreneure s’est lancée en affaires dès la fin de ses études. Elle n’avait pas encore 20 ans. Si la jeunesse est souvent synonyme de vigueur et d’énergie, elle est aussi déficitaire côté expérience. « Le mentorat m’a permis de développer mon savoir-être comme entrepreneur. Lorsqu’on est dans une relation de mentor-mentoré, les conversations avec son mentor portent sur l’entrepreneur, ce qu’il vit, et non pas sur des problématiques de l’entreprise. Ça nous oblige, entre autres, à réfléchir sur soi, sur nos objectifs, sur ce qu’on veut atteindre et comment », explique la jeune entrepreneure qui a souvent eu recours à des mentors depuis ses débuts en affaires.

Sans confiance et transparence, la relation avec un mentor est inutile.

Il faut parfois de la patience avant de trouver le mentor idéal, car il est essentiel que l’entente et la confiance règnent entre les deux individus. Sans confiance et transparence, la relation avec un mentor est inutile.

Dans le cadre de ce dossier, nous avons rencontré l’équipe de Founder Fuel, un organisme qui soutient le développement des entreprises technologiques via un programme de mentorat unique en son genre. De jeunes entreprises technos sont sélectionnées et participent durant trois mois à un camp visant à propulser leur entreprise. Les résultats spectaculaires obtenus par ces jeunes entrepreneurs sont une conséquence directe – selon leurs propres dires – de leurs contacts avec des mentors de hauts niveaux auxquels ils ont accès en tout temps dans le cadre de ce programme.

Enfin, tous ceux qui souhaitent bénéficier de l’expérience d’un entrepreneur ou d’un gestionnaire d’expérience, peuvent avoir accès à un mentor grâce au programme de mentorat de la Fondation de l’entrepreneurship. Une façon d’investir judicieusement son temps si précieux.