Dans un contexte de rareté de main d’œuvre, les entreprises s’émulent pour devenir des employeurs de choix, créer un milieu de travail stimulant pour attirer et retenir de nouveaux talents.  Pourquoi les entreprises devraient-elles se soucier du bonheur au travail? Des études démontrent une corrélation directe entre l’autonomie et  la performance des employés et leur état de bien-être au travail (Cropanzano et Wright, 1999; Judge et al., 2001, Staw et al., 1994). En outre, les auteurs indiquent le bien-être des employés influe favorablement sur des indicateurs de performance organisationnels tels que le roulement du personnel, la satisfaction et la loyauté de la clientèle, la sécurité au travail (Harter et al., 2002), la productivité (Patterson et al.,2004).

Mais comment définit-on le bonheur ? Comme un immense casse-tête, Bossuet disait que : « Le bonheur est fait de tant de pièces qu’il en manque toujours quelques-unes. » Le Larousse définit  le bonheur comme étant un état de complète satisfaction, de plénitude.

Que font les entreprises qui se démarquent dans la culture du bonheur? Avez-vous déjà entendu parler de Zappos? Cette entreprise américaine qui se spécialise dans la vente de chaussures et de vêtements en ligne. Le président de cette entreprise, Tony Hsieh, a fait croître le chiffre d’affaires de Zappos à plus d’un milliard de dollars de ventes annuellement en moins de 10 ans. Elle a été récemment acquise par Amazon. Elle fait partie du répertoire des meilleures entreprises pour laquelle travailler. Quel est le secret de Zappos?   S’ériger comme un marchand de bonheur avec un slogan évocateur: « Delivering happiness ». Le bonheur de ses clients et de ses employés est la pierre angulaire de sa culture et de son succès. Pourquoi?

- Pour inspirer (et être inspiré!);
- Connecter les personnes avec des intérêts similaires à une communauté axée sur le bonheur pour faire du bonheur une contagion;
- Sensibiliser et responsabiliser les gens pour qu’ils soient des artisans de bonheur;
- Créer des expériences enrichissantes dans la vie des employés, des clients, de la communauté, etc.

Quels sont les ingrédients qui favorisent le bonheur au travail selon Zappos? Le bonheur au travail repose sur 5 piliers fondamentaux :

1. GÉNÉRER DES ÉMOTIONS POSITIVES AUX CLIENTS, AUX EMPLOYÉS, ETC. 

2. FAVORISER L’ENGAGEMENT DES EMPLOYÉS : Une entreprise mobilisatrice capture l’énergie positive de ses collaborateurs, d’une part en créant du sens au travail, d’autre part en générant et en maintenant des facteurs de motivation au travail et a une chaîne de gestion qui agit comme levier pour donner du sens et créer un cadre de travail motivant.  

3. ENTRETENIR DES RELATIONS POSITIVES : Les employés sont les citoyens d’une organisation et sont en interrelation avec leurs pairs, des cadres, des clients, etc. La qualité des relations qu’ils entretiennent avec ces individus influe sur leur bien-être psychologique au travail.

4. CRÉER UN SENS AU TRAVAIL : Le sens qu’une personne donne à son travail peut avoir des effets positifs ou négatifs sur sa santé mentale et sur son engagement envers l’organisation. Pour que le travail ait un sens pour l’employé, il doit lui procurer une satisfaction, correspondre à ses intérêts, solliciter ses compétences, stimuler le développement de son potentiel.

5. ACCOMPLISSEMENT : Le travail doit constituer une source d’épanouissement personnel et professionnel en permettant notamment l’actualisation du potentiel de l’employé. Selon Zappos, les employés doivent avoir un «sentiment de progrès» de franchir les jalons vers l’atteinte d’un but particulier.

Faire autrement pour devenir un employeur de choix.

En fait, le succès de Zappos démontre comment faire autrement pour créer un milieu de travail stimulant et attrayant. Faire autrement pour devenir un employeur de choix. Faire autrement pour attirer et retenir les meilleurs talents. Zappos démontre qu’une organisation irriguée d’une forte culture organisationnelle peut constituer une puissante génératrice de réussite en se concentrant notamment sur le bonheur des employés.