Dans le texte qui suit, toute ressemblance avec une personne vivante ou ayant réellement existée n’est dû qu’au hasard! À plus forte raison, aucun des comportements calamiteux dont vous allez lire la description n’a jamais été observé chez l’auteur de ces lignes et encore moins chez ses lecteurs, tous des gestionnaires avertis et lucides. Ces mêmes qualités feront que nos lecteurs observeront avec attention les ingrédients de la recette infaillible pour perdre ses meilleurs employés…

1. TRAITEZ CHACUN DE LA MÊME FAÇON

Mettre tout le monde sur le même pied traduit davantage une indifférence aux autres qu’un souci de justice. Chaque employé est différent du collègue qui fait pourtant le même travail que lui. Si vous n’avez pas une approche personnalisée vis-à-vis de chacun, il n’existera qu’un lien d’autorité entre vos subordonnés et vous. En 2013, cela n’impressionne plus grand monde. Reconnaître les talents et la qualité ne devient une question d’argent qu’une fois par an quand on discute de la rémunération. Tous les autres jours de l’année, cette reconnaissance se joue dans la relation entre le patron est ses employés. La cerise sur le sundae, ce sera de trouver des prétextes pour couvrir la médiocrité de certains. Les meilleurs éléments de l’équipe y perdront leur motivation.

Les meilleurs employés sont souvent trop rapides et fuiront comme la peste les gestionnaires trop intrusifs.

2. BEAUCOUP DE MICROMANAGEMENT ET DES RÈGLEMENTS TATILLONS

Les meilleurs éléments sont généralement les plus autonomes de caractère et les plus créatifs. Soyez sur leur dos le plus souvent possible, regardez leur écran d’ordinateur par-dessus leur épaule et multipliez les demandes d’information ou de compte-rendu. Des employés plus faibles peuvent être rassurés et aidés par des règles abondantes qui encadrent ce qu’ils peuvent et doivent faire. Les meilleurs employés sont souvent trop rapides et fuiront comme la peste les gestionnaires trop intrusifs.

3. ÉTOUFFEZ CE QUI COMPTE POUR EUX

Vos meilleurs éléments sont généralement passionnés par leur travail et ne pas alimenter cette passion est une grave erreur. Ils adorent qu’on les challenge, qu’on leur pose des défis intellectuels; si vous les faites fonctionner mécaniquement, vous risquez d’éteindre leur passion. Si vous vous assurez qu’ils aient un job sans surprise et que vous accueillez chaque idée neuve par un « on ne fait pas comme ça ici », vous risquez de perdre vos éléments les plus créatifs qui sont désireux d’essayer de nouvelles choses. Les grands travailleurs, ceux qui sont profondément impliqués, ont deux caractéristiques: ils aiment avoir de nouvelles responsabilités et ils ont besoin que l’on reconnaisse leur contribution. En oubliant de reconnaitre leur talent et leur réalisation, ils iront cogner à la porte du compétiteur.

CONCLUSION

En prenant le contrepied de toutes ces erreurs de gestion, parviendrez-vous toujours à garder vos meilleurs éléments ? Pas forcément. Les très bons auront toujours des opportunités qui se présenteront à eux. Soyez bon joueur avec celui qui part, faites une fête en son honneur, reconnaissez ses mérites, soyez heureux pour lui. Vous verrez quel bien cela fera à votre équipe et vous aurez un ambassadeur qui dira du bien de votre entreprise pendant longtemps.