Si vous êtes à la tête d’une entreprise, vous disposez sans doute d’au moins deux réseaux : votre réseau individuel, et celui à titre de gestionnaire. Ces deux réseaux combinés constituent une véritable valeur ajoutée, dont vous pouvez faire profiter vos clients. Sachez que tout le monde sera susceptible d’y gagner…vous le premier. En effet, dans le monde du réseautage d’affaires, donner équivaut souvent à recevoir ; la générosité semble être toujours payante.

DONNEZ ET VOUS RECEVREZ

Lorsqu’on favorise les échanges entre personnes (qu’il s’agisse de clients, de fournisseurs ou d’autres relations), on leur offre une occasion supplémentaire de faire des affaires. Ces efforts de réseautage ne sont pas vains et marquent les mémoires, surtout lorsqu’ils se soldent par des avantages directs pour les uns et pour les autres. En d’autres termes, les personnes que vous avez mises en relation ne vous oublieront pas. Et par ce simple fait, vous venez d’accéder potentiellement à leurs réseaux! Ceci vous ouvre des horizons, bien plus que si vous aviez décidé de garder votre réseau pour vous seul en le protégeant jalousement.

Le réseautage n’est pas une science exacte mais bien un art, que l’on parfait par la pratique.

LIMITER LES RISQUES

Petite mise en garde, toutefois, quant à l’ouverture de son ou de ses réseaux sans discrimination : ouvrir son réseau, c’est aussi prendre un risque. Notamment celui de voir vos relations d’affaires se détourner de vous si vous leur proposez des associations mal étudiées en amont. Le secret, c’est de bien connaitre les individus que vous vous apprêtez à mettre en relation, et notamment de connaitre leurs motivations premières. N’hésitez pas à poser des questions, à questionner certaines intentions voilées si l’on vous fait une demande expresse et ciblée, et… fiez-vous à votre instinct. Le réseautage n’est pas une science exacte mais bien un art, que l’on parfait par la pratique.

JOUER DE PSYCHOLOGIE ET DE GÉNÉROSITÉ

Si John F. Kennedy a lancé la phrase désormais célèbre « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous mais plutôt ce que vous pouvez faire pour votre pays! », il en va un peu de même lorsqu’il s’agit de partager son réseau. On doit se poser cette question centrale : « Qu’ai-je à offrir? »

Il est question d’adopter une approche généreuse, et de jouer de transparence et d’ouverture. Ceci dit, il est également nécessaire de conserver un certain sens critique en évaluant et en ciblant, de manière éclairée, les personnes à mettre en relation ; vous devez suffisamment les connaitre, autant d’ailleurs que leurs motivations et leurs intentions. Ceci permettra de s’assurer de la qualité du réseautage ; l’objectif consiste avant tout à permettre des associations fructueuses entre différentes personnes plutôt que de chercher à lier le plus d’individus possibles entre eux sans tenir compte de la qualité de la relation qu’ils pourraient entretenir.

Ouvrir son réseau aux autres, c’est donner l’occasion, à soi-même comme aux autres, de créer une synergie d’affaires dont les avantages peuvent dépasser la somme des parties. Bon réseautage!