Le parcours d’entrepreneur est truffé d’embûches. De l’extase de la première idée à la commercialisation de celle-ci, plusieurs entrepreneurs passeront par toutes les gammes d’émotions. Que faire quand les affaires ne sont pas au top et que le découragement s’installe?

1. Rester motivé
Être indépendant, concrétiser son idée, relever des défis, exploiter son plein potentiel…  sont les motivations qui ont servi de catalyseur au démarrage de votre entreprise. L’entrepreneur ne peut se soustraire à ses propres ambitions, quels que soient les obstacles à surmonter. Se rappeler ce qui vous a à l’origine motivé à vous lancer dans cette folle aventure entrepreneuriale saura vous aider à traverser les moments difficiles.

chaque étape difficile est une occasion d’apprendre

2. Oser se remettre en question
Pour Franck Boulbes de l’entreprise Cellier Domesticus, chaque étape difficile est une occasion d’apprendre. De l’avis même de l’entrepreneur : « il faut savoir capitaliser sur les difficultés pour les transformer en facteur de succès. Lorsqu’on innove, les essais et erreurs ainsi que les réorganisations doivent être constants. Plus tôt on apporte des ajustements, le moins on perd. »

Cette réalité est à ce point fondamentale pour son entreprise qu’il a adopté une méthode de gestion SCRUM en itérations afin de pouvoir s’ajuster, sans cesse et rapidement, aux conditions du marché.

3. Revêtir l’habit du vendeur
Les ventes sont le nerf de la guerre de toute entreprise. Il appartient à l’entrepreneur de démarcher de nouveaux clients, de développer des partenariats qui propulseront l’entreprise. Sans vente, pas d’affaires, pas d’entreprise viable.

Philippe R. Bertrand, Vice-président, chef de la croissance chez Équation Humaine et entrepreneur en série, conseille aux entrepreneurs d’adopter l’attitude du chasseur et de revêtir littéralement l’habit du vendeur. « Lorsque je dois démarcher de nouveaux clients, je me projette en mode attaque. Musique énergisante dans les oreilles et vêtu en vêtement d’entraînement pour me mettre dans le mood, je suis prêt à prendre le téléphone et à convaincre quiconque que mon produit/service est le meilleur! » Bien sûr, il appartient à chacun de définir son modus operandi, mais il faut savoir stimuler l’atteinte des résultats.