Tout récemment, j’ai eu la chance de rencontrer les 25 entrepreneurs gagnants du concours présenté par C2-MTL et La Fondation de la Famille Claudine et Stephen Bronfman. Ces jeunes entrepreneurs émergents ont obtenu la chance de participer à la seconde édition de C2-MTL.

Qu’est-ce que ces hommes et femmes d’affaires ambitieux attendent d’une telle conférence? De nouvelles idées pour dynamiser leurs produits et services? Des méthodes inusitées pour extraire le maximum du potentiel créatif de leur équipe? J’ai posé la question à plusieurs d’entres eux : Rémi Richard de ChronoMetriq, Sophie Boulanger de BonLook, Émilie Boutros de Mirametrix, Renaud Teasdale de MyCustomizer, entre autres. J’ai obtenu une réponse pratiquement unanime : réseauter. Mais ce que chacun compte obtenir du réseautage diffère évidemment de l’un à l’autre. Par exemple, Annie Champagne de Lady Kookie Biscuiterie espère trouver des idées qui permettront de réinventer l’exploitation d’un commerce de détails. D’autres veulent faire des rencontres qui leur permettront de trouver de nouveaux clients ou de nouvelles façons de percer leur marché, etc. Une démonstration toute simple – de ce que nous savions déjà – qu’on ne peut réussir seul.

Il faut voir en chaque rencontre une occasion de bâtir son réseau.

Ce besoin de bâtir un réseau d’affaires solide revient souvent dans le discours des entrepreneurs que je croise. Tous sont conscients de l’importance du réseau pour avancer, pour croitre plus rapidement. Par contre, le manque de temps pour réseauter semble souvent un obstacle pour les entrepreneurs. Pourtant, le réseautage peut se faire hors d’un contexte de 5 à 7 ou de chambre de commerce. En fait, il faut voir en chaque rencontre une occasion de bâtir son réseau. Ne jamais sous-estimer son interlocuteur, car on ne peut savoir ce que chacun peut nous apporter. Que ce soit dans l’heure qui suit ou dans 10 ans. C’est un des apprentissages que j’ai retenu de ma rencontre avec Isabelle Hudon. Cette femme d’affaires qui collectionne les succès comme d’autres les cartes de hockey a développé, au cours de sa carrière, un immense réseau. Un réseau qu’elle utilise pour apprendre, pour s’appuyer, pour avancer. L’important, nous rappelle-t-elle, n’est pas le nombre d’années qui se sont écoulées depuis la dernière rencontre avec une personne, mais plutôt la qualité du contact lors de la première rencontre.

Le secret est simple, il faut s’intéresser à l’autre et demeurer authentique. Ensuite, ne pas hésiter à demander. Une évidence, croyez-vous, mais bien des gens hésitent et évitent cette étape. Et si vous ne demandez jamais, vous n’obtiendrez rien de votre réseau.

Alors, foncez et demandez!