Est-ce que responsabilité et profitabilité peuvent cohabiter en affaires? Définitivement. De plus en plus d’entreprises, et de très grandes, sont maintenant conscientes de l’importance d’afficher (et de respecter) des valeurs sociales ou environnementales. Une façon différente de voir le capitalisme qui inclus richesse économique et richesse sociale, comme expliqué dans cet article du Harvard Business Review.

Patagonia est un exemple inspirant d’une entreprise qui sait avec succès et authenticité allier son respect pour la planète avec des objectifs d’affaires ambitieux. L’entreprise sensibilise non seulement ses consommateurs, mais aussi ses fournisseurs avec lesquels elle fait affaires. Ainsi, on retrouve sur leur site une fiche technique des fournisseurs de l’entreprise qui répondent aux attentes de Patagonia. Cette pratique a pour effet d’encourager d’autres fournisseurs, qui voudraient collaborer avec elle, à améliorer leurs méthodes de travail.

L’entreprise californienne a aussi mis sur pied une campagne innovatrice (et étonnante!) dans laquelle elle invite les consommateurs à se demander s’ils ont réellement besoin d’acheter leurs produits. Elle leur suggère de recycler, de réparer ou même d’échanger leurs vêtements avant de consommer inutilement. Cette façon audacieuse d’afficher ses valeurs a eu l’effet de rallier davantage de consommateurs vers la célèbre marque…

De plus en plus de gens, s’attendent à ce que leur employeur agisse de manière responsable.

Chaque entreprise, même de petite taille, peut aussi agir de manière responsable. Les possibilités sont variées : faciliter le covoiturage, encourager le télé-travail, faire un jardin biologique pour ses employés, etc. Des gestes simples et concrets qui ont un impact positif sur sa communauté, mais aussi sur ses employés. De plus en plus de gens, surtout parmi les plus jeunes générations, s’attendent à ce que leur employeur agisse de manière responsable.

Dans le cadre de ce dossier sur la responsabilité en affaires, nous avons rencontré Mariouche Gagné, présidente de Harricana. Dans cette vidéo que nous vous présenterons le 25 mai prochain, elle nous explique pourquoi son entreprise respecte des valeurs environnementales en recyclant des fourrures pour en faires des accessoires de luxe.

De plus en plus d’entrepreneurs du nouveau Québec Inc. cherche à véhiculer leurs valeurs à travers leur entreprise. Pensons à Frima, Flip Design, Geneviève Grandbois, BioSpectra. D’ailleurs, Jean-François Bernier, président de BioSpectra, résumait sa vision ainsi : « C’est avant tout une question de principe. Il faut se demander ce que nous faisons pour aider nos enfants et nos petits-enfants à avoir un avenir meilleur et arrêter de gérer un trimestre à la fois. Quand on est centré sur l’idée de faire des bénéfices plutôt que de faire une différence, on peut poser des gestes discutables.”

Une tendance qui ressemble de plus en plus à un mouvement. Et c’est tant mieux.
L’équipe de Génération INC.