Vendre ses salades de serre de Montréal à Miami? Offrir ses fourrures recyclées dans les boutiques chics de Russie? Voilà des rêves d’entrepreneurs qui ne voient souvent pas le jour.

Selon l’étude Focus stratégique KPMG-SECOR publiée en 2013, le Québec INC. manquerait d’audace lorsqu’il est question d’exporter ses produits à l’international. Pourtant, c’est à l’extérieur du Québec que la croissance des PME se fera. Le Québec et le Canada sont de petits marchés comparativement aux perspectives de croissance que proposent les pays émergents.

Si le produit doit pouvoir concurrencer avec ce que l’on retrouve dans le marché visé, il faut surtout que l’entrepreneur soit psychologiquement prêt à relever le défi de l’exportation. Il faut avoir la tête de l’entrepreneur-exportateur, quoi!

Ne pas prendre de risque, c’est aussi en prendre sur le long terme.

Bernard Mariette, président de Lolë, nous expliquait dans une entrevue accordée à Génération INC. qu’il est essentiel d’avoir une confiance en soi béton. En effet, trop d’entrepreneurs ont peur de « perdre quelque chose » – un train de vie, un confort – ou de déstabiliser leur entreprise. « Ne pas prendre de risque, c’est aussi en prendre sur le long terme », ajoute l’homme d’affaires, qui a orchestré la croissance fulgurante de l’entreprise QuickSilver avant de prendre la tête de Lolë.

Les entrepreneurs québécois manqueraient de confiance en eux, selon Nathaly Riverin, directrice de l’École d’entrepreneurship de Beauce. « De plus, ce manque de confiance en soi mène les entrepreneurs à s’entourer de gens moins forts ». Celle qui connaît l’entrepreneuriat québécois comme le fond de sa poche ajoute que le manque d’ambition explique aussi le faible taux d’entreprises d’ici qui exportent : « Seulement 15 % des entrepreneurs québécois ont l’intention d’aller à l’international, contre 30 % dans le reste du Canada. C’est un écart majeur », ajoute-elle.

Humilité, abnégation, courage, ouverture d’esprit. Voilà quelques-unes des 10 qualités du leader international selon l’étude « L’entreprise transnationale : Développez l’ADN de la réussite à l’étranger » publié par la Caisse de dépôt et placement.

Dans ce document, que je vous recommande de consulter, l’auteur rappelle que si votre entreprise ne ressent pas déjà les effets de l’économie mondialisée, cela ne sautait tarder. Alors, dépêchons-nous de développer des entreprises à l’ADN mondiale!