Avez-vous déjà remarqué à quel point le lancement d’un projet réunit plus de monde que sa livraison? On célèbre alors la brillante intention couchée sur papier qui permettra à l’entreprise de croître ou d’être plus efficiente. Puis, ce sont les échéances qui sont repoussées, le budget qui est dépassé, quand ce ne sont pas les objectifs de départ qui sont revus à la baisse. On finit par essayer de s’en sortir au plus vite et on pousse un « ouf » de soulagement à la ligne d’arrivée – quand on l’atteint… – mais sans trop faire de bruit autour.

Pourtant certaines entreprises parviennent à mener leurs projets selon le plan de match initial. Plusieurs d’entre elles associent même le respect des échéances et des budgets dans les projets à un indicateur de santé organisationnelle. Quels sont leurs secrets? Comment éviter l’inertie au sein d’un projet? Mais surtout, comment transformer l’enthousiasme de départ en une fierté d’accomplissement?

Tout se joue à la ligne de départ, avant le coup de sifflet. 

En fait, tout se joue à la ligne de départ, avant le coup de sifflet :

1. CLARIFIER

Définir le mandat du projet, ses objectifs détaillés et son périmètre, constitue le premier pas. En plus de concentrer les efforts sur une cible précise, cela assure un alignement des différentes parties prenantes.

2. PRIORISER

Par définition, ce qu’apporte le projet n’aurait pu être réalisé à même les opérations. Il convient donc de dégager des ressources et du temps spécifiques au projet pour éviter de le voir être relégué systématiquement au dernier plan. L’engagement de la direction envers le projet est d’ailleurs un atout majeur.

3. ENCADRER

Une structure de gouvernance dédiée doit être mise en place afin de préciser les imputabilités et les rôles respectifs des différents joueurs. Cette structure prévoira également un ou plusieurs comités permettant de suivre la progression du projet et de prendre les décisions qui s’imposent. Par ailleurs, dépendamment de la taille du projet, le choix d’une méthodologie de gestion de projet sophistiquée pourrait s’avérer pertinent.

4. MOBILISER

Consolider l’équipe de projet, développer un logo et un discours commun autour du projet, capitaliser sur des moments-clés du projet pour en faire des événements collectifs, ce sont autant de moyens qui faciliteront l’aboutissement du projet.

Ainsi l’idée en elle-même, aussi innovatrice soit-elle, ne suffit-elle pas à assurer sa concrétisation. Un projet est avant tout une histoire de personnes, amenées à travailler ensemble tout au long d’un processus. Meilleure est la préparation en amont, plus résiliente sera l’organisation pour appréhender les aléas inévitables du projet.

« Le chemin est long du projet à la chose. » Molière