Napoléon Bonaparte disait « il vaut mieux avoir un bon croquis que faire un long discours ». À cette image, le plan stratégique ne doit pas nécessairement être fastidieux. Il doit permettre aux entreprises d’avoir une vision pour le futur, un cap. Dans cette optique, le conseil d’administration doit jouer le rôle de gouvernail afin de maintenir ce cap. Or, peu d’entreprises ont un plan stratégique et encore moins réalisent un suivi régulier.

Comment mettre en place une planification stratégique ?
Les PME disposent souvent de peu de moyens et de peu de temps pour implanter une planification stratégique au sein de l’entreprise. Il est donc primordial d’aller à l’essentiel. La première étape consiste à mettre en lumière les points stratégiques afin d’établir une ligne directrice. Quels sont les points forts et les points faibles de nos produits ou services ? Comment sommes-nous positionnés face à nos concurrents ? Quelles sont les opportunités et les menaces ? L’objectif de cet exercice est de conceptualiser les perspectives de marché de l’entreprise. Allaire et Firsirotu (2004) proposent un modèle simple et efficace selon la dimension temporelle et la gamme des besoins, des bénéfices et des critères d’achat. Ce modèle a été appliqué par Panican (2011) au marché du livre électronique.

Pour répondre à ces questions, il est également intéressant de mettre à contribution les employés, les partenaires, les clients et les fournisseurs. En effet, les parties prenantes regorgent d’informations souvent négligées. De plus, ces derniers seront souvent honorés de participer à cet exercice permettant ainsi de resserrer les liens et de découvrir de nouvelles opportunités.  

Quel est le rôle du conseil ?
Son rôle a évolué au fil du temps. Il y a quelques années, le rôle du conseil se confinait dans l’approbation du plan stratégique après une présentation succincte par la direction et une période de discussion. De nos jours, le conseil a un rôle plus central. Les PME disposent de nombreuses opportunités. Le rôle du conseil est de déterminer lesquelles peuvent être le plus profitable pour l’entreprise. Ainsi, les administrateurs peuvent s’impliquer dans l’élaboration du plan et mettre à la disposition du conseil leur connaissance ou leur réseau afin d’aider la direction à prendre les meilleures décisions pour l’entreprise.   

Après l’approbation, le conseil a pour responsabilité d’assurer un suivi du plan stratégique. En effet, ce dernier ne doit pas rester lettre morte.  Ainsi, Jean-Daniel Brisson, premier directeur principal, conseil stratégie et performance chez Raymond Chabot Grant Thornton, recommande l’inscription d’un point « stratégie » à l’ordre du jour de toutes les réunions du conseil. Le suivi régulier a pour objectif de s’assurer de l’application du plan stratégique et de sa pertinence compte tenu des évolutions de l’environnement de marché.  

En bref, comme le mentionne Jean-Daniel Brisson, le rôle du conseil n’est pas de prendre la décision ou de gérer à la place de la direction. Il s’agit plutôt de soulever les grandes idées et les grandes questions afin de faciliter l’exécution de la stratégie.