La liberté créative est souvent propre aux start-ups ou autrement dit, aux entreprises en mode de démarrage. Au fil du temps, les entreprises ont tendance à s’engourdir et à perdre ce climat d’effervescence, de débrouillardise et d’urgence créative qui caractérise les nouvelles entreprises. On oublie que c’est en expérimentant et en faisant des erreurs que l’on peut avancer et inventer le succès de demain. Francis Gosselin, associé et cofondateur chez f. & co., nous livre trois approches qui, selon lui, pourraient permettre aux entreprises de stimuler la créativité en réintégrant des réflexes de start-ups.

1. Mettre sur pied un laboratoire de création
L’idée, c’est de structurer un « laboratoire » indépendant des activités commerciales, un espace de création et d’exploration, libre de toutes contraintes. Ce concept peut se décliner sous plusieurs formes : les entreprises peuvent tout d’abord héberger un certain nombre d’entreprises en démarrage. L’entreprise devient alors une sorte d’incubateur qui pour une période variant entre 6 mois et 1 an, offre de l’accompagnement et du mentorat aux nouveaux entrepreneurs. L’expérience est bénéfique pour les nouveaux entrepreneurs qui profiteront des conseils et des réseaux mis à leur disposition, mais également pour les employés de l’entreprise accueillante qui seront exposés quotidiennement à cette culture en répondant aux questions certes naïves, mais pertinentes des nouveaux chefs d’entreprise. Mais les entreprises peuvent également -littéralement- créer un laboratoire où les employés peuvent expérimenter, non dans le but de créer un produit commercialisable, mais dans le simple objectif de laisser libre cours à leur idées. Ils bénéficient des ressources techniques, logistiques et humaines de l’entreprise.

Les employés doivent pouvoir exposer leurs idées créatives et innovantes.

2. Se doter d’une plateforme d’exposition pour les employés
Il s’agit ici d’encourager l’entrepreneurship et la créativité chez tous les employés de l’entreprise, peu importe leur poste ou le département dans lequel ils travaillent. Pour cela, les employés doivent pouvoir exposer leurs idées créatives et innovantes. À cette fin, les PME peuvent se doter d’une plateforme ou d’un lieu de collaboration interne qui permet aux salariés de partager leurs idées avec tout le monde.

3. Réserver des moments consacrés à la créativité
Plus facilement, les entreprises peuvent proposer des retraites, des séminaires ou tout simplement des moments déliés de toutes contraintes commerciales ou économiques. Ces moments sont l’occasion d’offrir du temps aux employés (comme Google et sa règle des 20%) et de revenir aux pratiques de base de la start-up que beaucoup d’entreprises délaissent en grandissant. Au lieu de vouloir livrer le produit au niveau de perfection maximale, elles peuvent s’inspirer de la philosophie des « lean start-ups » : développer de nombreux produits imparfaits pour aller chercher de la validation et des caractéristiques auprès des clients. Tout cela, sans peur de représailles, permet de se rapprocher du produit final.