Les entreprises innovatrices qui réussissent sur leur marché sont organisées pour innover. Elles ont développé une véritable culture d’innovation et se sont structurées de façon à faire germer les idées et la créativité de leurs collaborateurs.

Cette culture s’est développée au fil du temps, notamment grâce à l’adoption d’un mode d’organisation du travail propice à la création. Des méthodes telle que les équipes multidisciplinaires, l’adoption de plateformes collaboratives etc. ont démontré leur impact positif sur l’émergence de la création en favorisant l’innovation incrémentale (amélioration de procédés, extension de ligne de produits, etc.) ou radicale (développement de nouveaux produits, de nouveaux systèmes, etc.). Dans certains cas, la volonté d’innovation et de créativité constante se reflète aussi à travers le lieu de travail. Certaines entreprises n’hésitent pas à adopter des lieux ouverts ou « open space » pour favoriser la collaboration et l’émergence de nouvelles idées.

Débureaucratiser, décloisonner les barrières hiérarchiques, favoriser une attitude entrepreneuriale et une prise de risque inhérente à la créativité contribuent évidement à renforcer la composante innovation dans l’ADN de l’entreprise.

Des pratiques managériales responsabilisantes contribuent à façonner la culture d’innovation.

L’adoption de pratiques corporatives favorisant l’empowerment (ou habilitation) permet de renforcer la prise d’initiative, l’implication et l’enthousiasme du personnel, l’innovation et la rapidité d’exécution. En ce sens, des pratiques managériales responsabilisantes contribuent à façonner la culture d’innovation.

Pour développer ou renforcer la culture d’innovation, les entreprises devraient favoriser les comportements suivants :

1. Donner l’autonomie nécessaire
2. Définir et communiquer des standards d’excellence
3. Fournir la formation nécessaire
4. Renforcer l’alignement stratégique de leurs équipes
5. Reconnaître la créativité
6. Faire confiance et engendrer la confiance
7. Accorder le droit à l’erreur

Ce dernier comportement est important. Comme l’écrit Norbert Alter, professeur à Paris-IX et auteur de L’innovation ordinaire « Les innovateurs sont des êtres capables de prendre des risques et d’aller à contre-courant des idées établies, ce sont donc par nature des « déviants » ». Les exemples d’ « erreurs » innovatrices ne manquent d’ailleurs pas. Pensons à 3M et sa découverte accidentelle du post-it grâce à une « colle qui ne colle pas ». Aujourd’hui, 3M soutient les propositions les plus inattendues venant de ses salariés et leur reconnaît le droit à l’erreur. Le promoteur d’un projet innovant est appelé à le développer lui-même et a une promotion s’il réussit!