Le succès de Kris Wilk (ou Fluke) et de son entreprise A’shop n’était pas écrit dans les étoiles. Si cette entreprise parvient aujourd’hui à valoriser l’art urbain à travers différents projets rémunérés et à apporter une reconnaissance méritée aux muralistes et à la communauté de graffeurs, c’est entre autres grâce à Kris. Voici le portrait d’un jeune entrepreneur passionné et unique en son genre.

Fluke est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs dans le street art montréalais.

Un entrepreneur pas comme les autres
Contrairement à beaucoup de ses comparses entrepreneurs, Kris n’avait pas grand chose qui le destinait à choisir le chemin des affaires. Avec un parcours, jusqu’ici, parsemé d’embuches, c’est sa passion pour l’art urbain, qu’il entretient depuis l’âge de 9 ans, qui le pousse vers le succès. Ayant appris des pionniers du graffiti à Montréal, il est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs dans le street art montréalais. Il confie d’ailleurs que son cheminement personnel et professionnel constitue sa plus grande fierté.

Le déclic
Sa très grande méfiance rend ses débuts difficiles. Fluke est orgueilleux et réticent à demander de l’aide, ce qui complique sa relation avec les institutions financières. Plus il avance, plus il développe ses réflexes d’entrepreneur. C’est en décrochant un contrat d’environ 20 000$ pour peindre un graffiti lors d’un événement organisé par une grande marque que vient le déclic pour se lancer en affaires : « Cette vente m’a donné l’ambition de créer mon entreprise. C’est la raison pour laquelle A’shop existe. »

La mission de Fluke
Le jeune entrepreneur souhaite donner une chance à ceux qui n’ont pas toujours eu la vie facile et aider les artistes de la rue à vivre de leur art pour que ceux-ci n’aient plus besoin de « side jobs » peu gratifiants. Il décide donc de lancer A’shop en collaboration avec des artistes et graffeurs de la rue. Son studio offre des prestations créatives telles que des peintures murales, des créations de décor ou des conceptions de toiles pour des clients commerciaux et privés. Ses objectifs sont de créer une communauté d’artistes, de faire émerger de nouveaux talents, mais avant tout d’élever cette forme d’art. « Mes accomplissements sont la preuve qu’il n’est pas nécessaire de vivre dans la misère pour vivre de son art ».

Il se rend cependant compte que son manque de connaissances et d’expérience en affaires risque de porter préjudice au futur de sa passion et de son entreprise. En 2013, il décide donc de rejoindre l’École d’entrepreneurship de Beauce, où il souhaite acquérir des compétences qui lui permettront de démontrer la validité de son projet et de faire prospérer son entreprise.

Dans le cadre de sa participation à l’émission Génération INC., l’équipe d’experts va tenter d’aider Kris à résoudre ses enjeux d’affaires. Dans un premier temps, il faut assurer la survie de son entreprise rendue difficile par la réticence des banques à lui faire confiance. Face à une compétition croissante, il s’agit également de développer une ligne d’affaires lucrative et stable qui lui permettra d’explorer ses projets créatifs et de prouver la valeur de son art auprès des grandes institutions.

Kris Wilk, président-fondateur A’shop, est un des 10 entrepreneurs que vous pourrez découvrir lors de la prochaine saison télé de Génération INC. L’émission sera diffusée sur les ondes de V dès l’automne 2014.
Crédit photo: A’shop