Passionnée par les arts de la scène depuis son jeune âge, Sandy Safi a fait carrière en gestion d’événement, ce qui l’a amené à vivre et travailler dans plus de 15 pays dont les Émirats arabes unis, l’Égypte et le Qatar. Elle a été à l’emploi d’organisations d’envergure comme Cavalia, L’Opéra de Los Angeles et le Gran Teatre del Liceu de Barcelone. 

Revenue au Québec en 2011, elle s’associe à un partenaire, Aymeric Pasquier, et lance Dîner en blanc international. L’entreprise a le droit exclusif d’accorder des sous licences de la célèbre marque créée en France, il y a plus de 25 ans, à des organisateurs désirant recréer un Dîner en blanc dans leur ville. La sous licence comprend un logiciel exclusif et un service clé en main permettant l’enregistrement et la gestion des invités, ainsi qu’une assistance à l’organisation de l’événement. 

Sandy attribue sa décision de devenir entrepreneure au fait qu’elle a eu la chance d’être appuyée par des gens qui ont cru fortement en elle et lui ont donné confiance. Parmi les atouts en affaires, Sandy dispose d’une forte capacité d’analyser, de diriger et de travailler très fort pour mener à bien ses projets. Des qualités qui lui ont été très utiles lorsque, suite au grand succès remporté par le Dîner en blanc à New York, les demandes se sont mises à affluer de partout sur la planète en un week-end.

Pour Sandy, être en affaires, ce n’est pas une carrière, c’est une manière de penser. Devenir entrepreneure lui a permis d’intégrer des connaissances et des habiletés qui sont transférables dans sa vie privée. « J’aime relever des défis et dépasser mes propres objectifs. Comme mon associé le dit, je vois à travers les montagnes. »

Dîner en blanc est présent dans 40 villes sur cinq continents et les relations hommes-femmes demeurent complexes et teintées des cultures propres à chacun. Ce n’est pas toujours facile d’être prise au sérieux, lorsqu’on est une femme en affaires, selon Sandy.  Elle considère que d’être une femme l’a obligée à travailler deux fois plus fort afin de mériter le respect. Et c’est cette réalité qui l’a aussi amenée à développer un cercle d’amies formé d’autres femmes d’affaires comme elle. Elle y trouve et y apporte entraide, appui et inspiration.

Et celle qui goûtait au plaisir de la scène lorsqu’elle était encore enfant remonte sur les planches aujourd’hui comme entrepreneure. Elle s’est classée parmi les trois finalistes du concours de présentations éclair Prix Montréal inc. en 2012 et a donné une conférence à TED x NYC en 2013. Comme quoi nos passions sont une puissante force motrice en entrepreneuriat!