Il y a deux ans, Damien Girard et Natasha McNicoll, les fondateurs de l’entreprise Les viandes biologiques de Charlevoix, ont reçu la visite des experts de Génération INC. « On a beaucoup aimé profiter de l’expertise de gens qui provenaient de l’extérieur de notre entreprise, car on ne voit pas tout lorsqu’on est de l’intérieur », raconte le président de l’entreprise. Lorsque les deux entrepreneurs ont décidé de se lancer en affaires il y a 10 ans, le choix « bio » allait de soi. L’élevage biologique incarne des valeurs auxquelles ils adhèrent et veulent encourager les gens à consommer des produits de proximité. « Le bio pour nous, c’est une façon de penser et de faire, ce n’est pas une mode. On est aussi préoccupé par le bien-être animal et si on a choisi cette voie, c’est parce qu’on y croit », ajoute M. Girard. Depuis le passage de Génération INC., les entrepreneurs ont mis en application deux recommandations des experts. « On nous avait expliqué que notre image corporative ne reflétait pas clairement le travail que l’on fait. À l’exception de l’abattage, notre entreprise est complètement intégrée, de l’élevage à la transformation des produits. C’est quelque chose que l’on doit mieux communiquer aux consommateurs pour qu’ils comprennent davantage la différence entre nos produits et ceux de la concurrence», explique Damien Girard. Bien qu’ils n’aient pas modifié l’étiquetage des produits, ils ont par contre ajouté plus d’information sur leur site internet et préparent une vidéo qui présentera toutes les étapes qui mènent à la fabrication du produit fini. De plus, tous les représentants qui travaillent dans l’un de leurs 186 points de vente au Québec doivent dorénavant aller visiter la ferme où on leur explique l’histoire et les méthodes de travail de l’entreprise. Le discours entourant l’entreprise et les produits est donc plus complet et cohérent.

Cette technologie a permis de simplifier la prise de commande.

D’un autre côté, Sigrid Ellefsen, experte en technologie chez TELUS, leur avait proposé d’informatiser les étapes dans la prise de commande des produits. « Tout se faisait à la main avant le passage de Génération INC. et nécessairement, c’était lent et ça occasionnait parfois des erreurs. Une fois qu’on a surmonté les craintes de certains employés face à l’implantation d’un nouveau système informatique, cette technologie a permis de simplifier la prise de commande », explique-t-il. Pour les prochaines années, Damien Girard pense déjà à la relève et à moyen terme, il songe à transformer une de ses porcheries en abattoir pour éviter de stresser l’animal lors du transport. « Le bien-être animal est un sujet dont nous entendrons de plus en plus parler au cours des prochaines années et encore là, c’est aussi quelque chose auquel nous croyons », conclut-il.