Quand l’entrepreneuriat sert à bâtir sa carrière de rêve

C’est un bête accident de travail qui a fait bifurquer le parcours professionnel d’Isabelle Bégin. Une blessure à un doigt qui a obligé l’agente de bord d’Air Canada à travailler au siège social pendant quelques mois.

Ce poste temporaire, dans le département des acquisitions de films de la célèbre compagnie aérienne, est une révélation pour la jeune femme.

« Pour la passionnée de cinéma que je suis, je ne pouvais croire qu’un tel emploi existait », partage l’entrepreneure qui est aujourd’hui à la tête de Skeye, une entreprise qui distribue des films à plus de 400 compagnies aériennes dans le monde.

Transformer ses passions en affaires
Cette nouvelle expérience de travail persuade Isabelle Bégin de mettre un terme à sa carrière d’agente de bord. « J’avais depuis longtemps de grandes aspirations professionnelles, et ce moment a été un déclic.»

Loin de mettre une croix sur l’industrie aérienne, Isabelle Bégin y joindra plutôt une passion qu’elle cultive depuis son enfance : le cinéma.

« Je crois fermement que pour réussir, il faut être au service de sa passion. Les difficultés sont si nombreuses en affaires, qu’aimer ce que l’on fait est essentiel pour persévérer », ajoute celle qui a toujours aspiré à mener une carrière internationale.

Sauter dans le vide
Forte de son expérience professionnelle et de la réputation qu’elle s’est bâties dans le milieu, d’abord chez Air Canada et ensuite chez Juste pour Rire, elle se lance en affaires en 2005.

Seule, dans son sous-sol et sans un sou, elle démarre Skeye.

 J’attribue mon succès à mon caractère de battante et de fonceuse.

Même si son carnet de contacts est bien garni, l’aventure entrepreneuriale n’est pas simple pour autant. « Les 5 premières années ont été très difficiles. Ça a exigé énormément de persévérance et j’ai dû prendre des risques financiers importants », explique l’entrepreneure.

Elle débute donc lentement. « J’ai commencé en faisant l’acquisition de contenus télévisuels, car mon expérience avec Juste pour rire faisait en sorte que j’étais bien connue dans ce milieu. Mais mon objectif ultime était de distribuer des films français et hollywoodiens. »

Pas à pas, elle poursuit son ascension dans le milieu et, au fil des années, se taille un nom solide dans la distribution de films français.

« Aujourd’hui, je distribue mes films dans plus de 400 compagnies aériennes dans le monde : en Asie, au Moyen-Orient, en Amérique, partout! Depuis un an, je me suis lancée dans l’acquisition de films hollywoodiens, c’était mon objectif depuis les tous débuts », partage l’entrepreneure qui ne cache pas sa grande ambition.

« L’entrepreneuriat, ce n’est pas la voie la plus simple. On doit travailler beaucoup et demeurer persévérante. J’attribue mon succès à mon caractère de battante et de fonceuse. C’est d’ailleurs ce que ma mère me répétait souvent quand j’étais enfant, « toi, rien ne t’arrête » », conclut-elle.