L’équipe de Génération INC. s’est rendue à HEC Montréal pour assister à la conférence TEDx organisée par les étudiants de l’université. Lors de cette journée, dix conférenciers se sont exprimés sur divers sujets, dans le but d’inspirer et de pousser les participants à la réflexion.

Nous vous partageons trois idées dont peuvent s’inspirer les entrepreneurs pour se dépasser.

1. Savoir affronter ses peurs
Mylène Paquette est la première femme en Amérique du Nord à traverser l’Atlantique à la rame. Depuis cette expérience, Mylène partage la leçon quelle retient de son aventure : l’importance de surmonter ses plus grandes peurs. La plus grande peur de Mylène Paquette, c’est l’eau. Malgré tout, elle développe une passion pour le nautisme après avoir passé une fin de semaine sur un voilier au Lac Champlain. Son esprit d’aventurière l’a poussé à découvrir un exploit que personne n’a tenté jusqu’à ce jour : la traversée de l’Atlantique à la rame. Alors que tous les préparatifs pour son périple sont presque terminés, une nouvelle vient bouleverser ses plans. Durant son trajet, Mylène devra descendre dans l’eau pour nettoyer la coque de son embarcation. À cause de sa peur, Mylène attendra quelques années avant de réaliser son rêve.

Pour Fabrice Vil, le rôle du coach est beaucoup plus grand que de faire gagner son équipe.

2. S’entourer d’un mentor
Fabrice Vil est entraineur de basketball dans les écoles secondaires. Il cherche à sensibiliser les jeunes sportifs sur l’importance de la réussite scolaire. Adepte de ce sport depuis son enfance, Fabrice a aussi été entraineur auprès des élèves de niveau secondaire. Pour lui, le rôle du coach est beaucoup plus important que de faire gagner son équipe. C’est la personne la mieux placée pour développer tout le potentiel des jeunes. En 2011, il fonde Pour 3 points, une entreprise sociale qui vise à améliorer la formation des entraineurs pour qu’ils se transforment ultimement en coach de vie pour les jeunes.

3. Miser sur la force d’une communauté
Maude Lallier est ambassadrice pour la Fondation canadienne du cancer. Elle partage avec son public l’impact de la communauté dans son combat contre le cancer. C’est en 2012 que Maude Lallier apprend la mauvaise nouvelle. Elle est atteinte du cancer. La jeune fille de 22 ans prend la nouvelle comme un défi. Pour le relever, elle décide de bien s’entourer, de former une équipe. Rapidement, elle développe une communauté sur les réseaux sociaux. C’est durant les moments plus difficiles que les messages d’encouragements provenant de sa communauté lui seront le plus bénéfique.