Les chiffres sont révélateurs. Les entrepreneurs québécois ne se précipitent pas pour inscrire leur entreprise en Bourse. C’est ce que démontrait une étude dévoilée par La Presse Affaires, en mars dernier.

Dans cet article signé par le journaliste Martin
Vallières, les auteurs de l’étude rapportent que les entreprises du Québec ne comptent plus que pour 13% des sociétés inscrites à la Bourse de Toronto et 9% de celles cotées au marché TSX-Croissance.

Cette marginalité sur les marchés boursiers va en s’accroissant. En 2010, les entreprises québécoises comptaient pour seulement 5% des nouvelles inscriptions sur ces mêmes Bourses. Des faits qui laissent présager une faible apparition d’entreprises québécoises avec un fort potentiel de croissance. Si vous ajoutez à cela un taux de création d’entreprise plus faible que celui de nos compatriotes canadiens, voilà un constat qui n’est pas réjouissant pour notre économie.

Il faut bien le reconnaître la Bourse représente un levier financier exceptionnel pour une entreprise. Elle est un des meilleurs moyens pour assurer son financement et ainsi permettre son expansion sur le marché international. À ce sujet, un article présenté dans le cadre de notre dossier sur les sociétés ouvertes expose les principales raisons qui devraient pousser un entrepreneur à s’y inscrire.

Il est vrai que passer d’une entreprise privée à publique n’est pas un choix facile. La Bourse exige une panoplie de responsabilités et d’exigences de déclaration financières qui alourdissent et complexifient la tâche de l’équipe de direction. Des responsabilités additionnelles qui contribuent peut-être à décourager bien des entrepreneurs.

Pour réaliser un tel rêve, le financement est un incontournable.

C’est pour cela qu’il est remarquable de constater que des entreprises, tel que Biotonix dont le siège social est situé à Brossard, se lance dans cette aventure ambitieuse. Sylvain Guimond rêve de voir ses produits novateurs en santé disponibles partout dans le monde. Pour réaliser un tel rêve, le financement est un incontournable.

Pourquoi croyez-vous que les entreprises québécoises sont peu nombreuses à s’inscrire en bourse? Par peur de perdre le contrôle? Par manque d’ambition? Par manque de connaissances des avantages que peuvent apporter la Bourse?

Qu’en pensez-vous?