Vous arrivez avec confiance dans le bureau du banquier, vous avez votre plan d’affaires et votre étude de marché en main, vous avez établi une demande précise et vous avez même ciré vos souliers! Jusque-là, vous semblez prêt, mais l’êtes-vous vraiment?

Pour bien se préparer, il faut d’abord savoir ce que votre banquier regarde réellement. Génération INC. a fait appel à l’expertise de Jean Roy, professeur titulaire à HEC Montréal, afin de démystifier l’analyse du banquier.

Notre expert résume les cinq aspects les plus importants avec la méthode établie des cinq «C» du crédit.

1. Caractère
La première chose que votre banquier regarde c’est bien entendu vous. « Il analysera non seulement vos valeurs morales (honnêteté, transparence), mais également votre niveau de compétences à gérer le projet (expérience, parcours académique) », entame M.Roy.

2. Capacité à faire les remboursements
Le financier vous mettra aussi à l’épreuve. Il est important pour lui et pour son institution financière de connaître la rentabilité de votre projet. « Il s’agit d’une argumentation solide, vous devez lui montrer quelles sortes de revenus vous êtes capables de générer et à quel coût. » Bref, vous devez être en mesure de lui prouver que les coûts seront proportionnels au revenu.

3. Capital
« En vous finançant, le banquier prend le risque que vous ne le remboursiez pas. Il veut donc que son risque soit moins grand que celui des actionnaires. Vous devez lui donner la preuve que vous croyez en votre projet », explique Jean Roy. C’est à vous de le rassurer, en mettant du capital en jeu et en lui prouvant que vous êtes le premier à vous exposer aux risques du projet. 

4. Collatéraux
Dans le sens du point précédant, votre banquier veut voir vos issues de secours. « Les «collateral», en anglais, sont les éléments d’atténuation du risque qui peuvent provenir soit d’une garantie physique (immeuble, équipement) ou encore du fait que vous êtes capable de faire intervenir des personnes ou des entreprises qui vont vous cautionner. »

5.  Condition
Cette fois, deux interprétations sont possibles. La première fait simplement référence aux conditions placées dans le contrat de prêt. « Les banquiers peuvent vous imposer toutes sortes de conditions qui vont réduire ses risques par exemple, limiter les salaires versés aux dirigeants. » Encore une fois, il y aura place à la négociation pour ne pas perdre toute votre liberté.

La deuxième interprétation est en rapport avec les conditions économiques de votre marché. « Vous devrez évaluer à quel point votre projet est sensible aux conditions économiques. Votre banquier portera un jugement sur la sécurité de votre projet à l’égard de la conjoncture », termine le professeur.

En connaissant les cinq aspects qui intéressent votre banquier, vous serez maintenant en mesure de faire la préparation adéquate à votre demande de financement.