Voici la situation qui vous occupe actuellement : vous êtes passionné par votre entreprise et totalement convaincu du bien-fondé d’une expansion. Vous voilà donc à la recherche d’un investisseur disposé à financer votre projet. Existe-t-il des trucs et outils qui pourraient éclairer et soutenir votre démarche? Certainement. Suivez le guide…

1. ÉTABLISSEZ UN CLIMAT DE COLLABORATION

Entre vous et votre investisseur (généralement une institution financière), il devra s’établir dès le départ un climat de confiance. Pour ce faire, vous devrez démontrer votre crédibilité en présentant, entre autres, la solidité des éléments suivants : votre plan d’affaires, votre capacité de gestion, votre stratégie (moyen et long termes), votre connaissance de vos propres forces et faiblesses, et le réalisme de votre projet. Vous devrez faire la preuve que votre équipe de gestion est solide et diversifiée (un « one-man show » est à éviter, comme la dépendance à un seul individu), que votre gouvernance d’entreprise est structurée et efficace, que les projections financières figurant à votre plan d’affaires sont basées sur des hypothèses réalistes et crédibles –et que vous disposez d’une idée claire de comment vous continuerez à générer de la valeur-, que vous comprenez bien les inducteurs de valeurs de votre entreprise et la façon de les maximiser, et que vous évitez la concentration de risques (clients, fournisseurs, technologies).

Il vous incombe de fournir chiffres et données à l’appui de votre argumentaire; votre investisseur ne s’en trouvera que plus rassuré et, ensemble, il vous sera alors possible de démarrer ce projet sur le bon pied.

2. « L’INTELLIGENCE, C’EST LA FACULTÉ D’ADAPTATION », DISAIT ANDRÉ GIDE

Cet homme de lettres français n’avait pas tort et cet adage connu peut s’appliquer à nombre de situations, notamment celle d’un gestionnaire d’entreprise en recherche de financement/investissement. Ainsi, il vous faudra démontrer à votre investisseur que votre entreprise et vous-mêmes saurez composer… avec lui! En effet, un acteur financier supplémentaire peut changer la donne et éventuellement réclamer la modification de vos processus internes, comme par exemple l’augmentation de la fréquence de présentation des résultats financiers. Si vous décidez d’accueillir ce nouveau participant financier au sein de votre entreprise, vous devez le faire totalement et être prêt à composer diligemment avec sa présence sans vous sentir « envahi ».

3. SOYEZ CONVAINCU ET VOUS SEREZ CONVAINCANT

Vous-mêmes, investiriez-vous dans ce projet?

Soyons clairs : lorsque vous tentez de convaincre un investisseur, c’est en réalité une vente que vous souhaitez conclure. Vous cherchez à vendre un ensemble d’éléments dont la somme doit être suffisamment attrayante pour que vous puissiez en tirer la participation financière d’autrui. Ce que vous tentez de vendre, ce sont essentiellement une idée, un potentiel d’affaires, des revenus et des bénéfices futurs. Prenez du recul sur votre situation et posez-vous ces deux questions centrales : vous-mêmes, investiriez-vous dans ce projet? Que voudriez-vous savoir de ce projet avant d’y participer financièrement? Si vous avez répondu « Oui! » à la première question, répondre à la seconde correspondra à monter le dossier que, ultimement, vous présenterez à votre investisseur potentiel.