Vous avez bâti votre entreprise à la force de vos ambitions et l’avez portée à hauteur de vos espoirs, sans doute même au-delà. Elle est saine et prospère, et vous jugez que le temps de la passation des pouvoirs est désormais arrivé. Vos enfants ont l’envie et la force de poursuivre sur votre lancée. À la conjonction de vos volontés respectives se trouve la relève d’entreprise, d’une génération à l’autre. En quelques points, éclairons votre chemin. 

1. VALEUR RÉELLE DE L’ENTREPRISE : TRANSPARENCE ET INTÉGRITÉ SONT À L’HONNEUR

Si vous aviez à assurer la relève de votre entreprise en la cédant à un tiers étranger, on dirait de cette transaction qu’elle se doit d’être de type « gagnant-gagnant ». Dans le cas d’une transaction réalisée au sein d’une même famille, il est d’autant plus crucial d’atteindre cet objectif. Vous devrez y veiller avec intelligence afin d’épargner à tous des frictions inutiles susceptibles de mettre les relations familiales à rude épreuve. Vous vous devrez d’agir avec transparence et intégrité. À titre de vendeur, vous devrez vous assurer de réclamer de vos acheteurs (vos enfants) un juste prix, et de ne pas entremêler la valeur réelle de l’entreprise à vos besoins de revenus de retraite, par exemple. Le lien de dépendance inhérent à la situation familiale peut faciliter ce genre de raisonnement erroné. À retenir : assurez-vous que la valeur de l’entreprise soit établie en fonction du marché, et agissez avec transparence et intégrité.

2. FINANCEMENT : POUR UNE STRUCTURE DE CAPITAL OPTIMALE ET CONFORTABLE

Dans certains cas, la partie acheteuse ne dispose pas des avoirs suffisants pour payer immédiatement le vendeur, et la société n’offre pas de garantie suffisante pour qu’une institution financière soit intéressée à financer la transaction. Dans ces cas, le financement est souvent consenti par le vendeur via une balance de vente dont les conditions de remboursement sont basées sur les bénéfices futurs de la société. Dans d’autres cas, la société dispose d’une capacité d’emprunt; les parties (autant le vendeur que l’acheteur) devraient s’assurer, une fois la transaction financée, que la structure de capital soit saine et qu’elle tienne compte des montants à investir annuellement par la société afin d’assurer sa survie et sa croissance. À retenir : dans tous les cas, assurez-vous que les conditions de financement représentent un bon équilibre entre les objectifs du vendeur et ceux de l’acheteur.

3. VOUS MONTREZ LE CHEMIN

Vous bâtissez dès aujourd’hui les fondations du transfert de l’entreprise… à la génération suivante.

C’est une histoire de famille et de leadership : par cette transaction, vous bâtissez dès aujourd’hui les fondations du transfert de l’entreprise… à la génération suivante! Vision et intelligence devraient être vos principes directeurs, vous permettant d’opérer un passage tout en souplesse. Et pour éclairer votre chemin et faciliter votre démarche, vous pourrez compter sur les conseils avisés de votre professionnel financier.