Avant de vous engager sérieusement dans le processus d’acquisition d’une entreprise, vous devrez au préalable vérifier ses états financiers, ses projections et son niveau d’endettement.

Bien que ces éléments déterminent de façon primordiale la valeur d’une entreprise, ils ne sont toutefois pas les seuls à la conditionner. En effet, la valeur d’une entreprise varie en fonction d’un certain nombre de facteurs et sa détermination repose sur plusieurs principes :

1. VALEUR ET TEMPS SONT INTIMEMENT LIÉS

Les modifications internes et externes que subit l’entreprise au cours du temps influent sur ses perspectives de succès, modifiant conséquemment sa valeur. Toutefois, les paramètres d’évaluation standard fournissent une appréciation fiable.

2. LES FLUX DE TRÉSORERIE SONT DÉTERMINANTS

Le bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) ne devrait pas constituer la seule mesure d’évaluation. Les flux de trésorerie disponibles fournissent une appréciation plus juste.  Alors, une analyse minutieuse du réinvestissement en maintien annuel doit être effectuée.

3. LE MARCHÉ DÉCIDE

Les acheteurs potentiels (le marché) dictent le niveau de rendement requis; en effet, ce sont eux qui évaluent les risques et les avantages de l’entreprise, et ainsi déterminent le prix qu’ils sont prêts à payer.

4. ESTIMATION DU RISQUE : TOUT DÉPEND DE QUEL CÔTÉ ON SE TROUVE

Les acheteurs ont une perception de la valeur de l’entreprise différente de celle du vendeur : de façon générale, le vendeur sous-estimera le niveau de risque de son entreprise.

5. SURVALEUR

Les acheteurs potentiels baseront leur évaluation sur la valeur de l’achalandage commercial (commercial goodwill) plutôt que sur la survaleur personnelle (personal goodwill).

6. UN SEUL PILIER? LE RISQUE AUGMENTE.

Recherchez les entreprises disposant d’une équipe solide, expérimentée et diversifiée.

De préférence, une entreprise ne devrait pas faire reposer ses activités sur un seul acteur (en l’occurrence, le gestionnaire), au même titre que des piliers multiples soutenant une structure sont préférables à un pilier unique : si ce dernier s’écroule, c’est l’ensemble de l’ouvrage qui cède. Ainsi, recherchez préférablement les entreprises disposant d’une équipe solide, expérimentée et diversifiée.

7. LE LIQUIDE… C’EST DU SOLIDE!

La valeur d’une entreprise varie également en fonction de sa capacité à libérer rapidement des fonds en espèces (des liquidités).

8. UN OPTIMISME MESURÉ

Attention de ne pas surestimer les synergies pouvant résulter d’une fusion-acquisition! L’intégration des opérations peut présenter des embûches imprévues. Faites preuve d’un niveau de confiance raisonnable et de vues réalistes.

De plus, il est important de noter que les inducteurs de valeur d’une entreprise incluent notamment les noms de marque ou les marques de commerce qu’elle détient, ses effectifs, son équipe de gestion, la relation qu’elle aura établie avec ses clients et ses fournisseurs, sa capacité de production, sa localisation, ses infrastructures, ses (éventuels) brevets, ses outils technologiques et son savoir-faire. Les facteurs de risque incluent quant à eux la concentration des ventes auprès d’un nombre restreint de clients, la concurrence, les facteurs économiques et sectoriels et, bien entendu, le faible nombre d’inducteurs de valeur.

Comme toute opération stratégique importante, l’acquisition d’une entreprise repose, d’abord et avant tout, sur des bases de prudence et de bon sens.

Merci à David Pelletier, LL.B., M.B.A., EEE, vice-président, Services conseils financiers, RSM Richter pour sa contribution à la rédaction de cet article.